/videos
Vidéos

Des nouveautés!

1. Thelma, Louise et moi     
Martine Delvaux      
Héliotrope

 

Quiconque a vu le film de Ridley Scott n’a pu être indifférent au destin de Thelma et Louise, deux amies magistralement interprétées par Suzanne Sarandon et Geena Davies, qui décidant d’échapper à leur existence prennent la route. On se souvient encore du bar mal famé, du viol, du révolver et de la Thunderbird.

Mais jamais avec l’acuité exceptionnelle de Martine Delvaux qui a vu ce film une vingtaine de fois... Qui a choisi de suivre le scénario pour refaire l’audacieux chemin de sa propre vie, comprendre quelle jeune femme elle était quand elle a découvert ce film en 1991 et ce qu’elle est devenue. Habitée par ces portraits de femmes qui prennent la parole et le pouvoir qu’on n’a surtout pas voulu leur donner, l’auteure nous fait aimer encore davantage ces magnifiques rebelles par une analyse brillante de l’écriture du scénario, traitant aussi bien du choix des scènes, de l’implication des comédiennes, que de l’époque où le film a été tourné. Fascinant!

 
2. Solitude L’étonnant pouvoir du calme   
Michael Harris      
Ed. de l’Homme (à paraître le 5 septembre)

 

Constamment sollicités par les réseaux sociaux, nous vivons une ère de bouleversements comparables à celle de la Révolution industrielle qui produit certes des miracles technologiques mais nous ampute de notre capacité à être seul. Combien d’entre nous ont vécu récemment 24 heures sans être branché, sans communiquer par texto, sans consulter un écran? La solitude semble effrayante alors qu’elle favorise la créativité et la connaissance de soi. En s’interrogeant sur cette solitude si mal comprise, l’auteur relève  très judicieusement les nombreux paradoxes de notre époque avec autant d’humour que de lucidité, n’hésitant pas à manier l’autodérision avec beaucoup de style. Ce livre est une démonstration limpide des bienfaits du silence qui ranime notre esprit en permettant le rêve éveillé, en applaudissant à l’oisiveté, en nous éloignant de l’esclavage électronique.

Essentiel!

 

3. Jelly bean         
Virginie Francoeur      
Editions Druide (à paraître le 5 septembre)

 

Ophélie, fille unique, élève dans un pensionnat catholique s’empresse de fuir ces murs dès qu’elle rencontre Sandra, danseuse nue qui devient vite la grande sœur qu’elle aurait voulu avoir et qui lui fait connaître les milieux glauques de Montréal où on croque des pilules de toutes les couleurs, des jelly bean qui donnent l’impression de vivre plus intensément. Avec Djamila qui collectionne les richissimes amants, les trois amies multiplient les expériences en faisant fi de tout prudence...courant à la catastrophe.

Ces jeunes femmes victimes d’un mal-être, d’un isolement si oppressant qu’elles doivent l’anesthésier de toutes les manières possibles nous captivent dès les premières pages, nous entrainant dans leur monde déjanté à un rythme qui ne faiblit jamais, qu’on ressent grâce à l’écriture  rythmée, syncopée de l’auteure. À la fois tonique et triste, dur et tendre, ce premier roman très cru est véritablement explosif!

 

4. Birdie    
Tracey Lindberg      
Boréal

 

Birdie, alias Bernice Meetos, métisse crie, a quitté sa réserve de l’Alberta a erré durant des années. Qui l’ont marquée tout comme ce qu’elle a vécu lorsqu’elle était enfant. Violence et silence. Comment échapper aux souvenirs? Peut-être vaut-il mieux explorer les traumatismes pour les dépasser? Dans la petite chambre où elle échoue après avoir quitté l’hôpital, où les femmes de sa famille se relaient à son chevet pour ne pas la perdre, Birdie vit une sorte de transe qui la fait osciller entre tous les temps, entre la vérité et le rêve.

Une aînée de la communauté autochtone à laquelle appartient l’auteure lui a appris que le patronyme Meetos signifie «arbre». Nom prédestiné pour ce personnage qui se ressource avec les forces de la nature, qui doit composer avec ses racines abimées mais qui sait faire refleurir la vie. Un livre âpre et pourtant lumineux, nécessaire qui dit les blessures tout autant que l’entraide, la sororité émouvante de ces femmes si courageuses.

 

5. Le complot     
Nicolas Beuglet      
XO Editions

 

À Oslo, l’inspectrice Sarah Geringën avait promis à Christopher, son nouvel amour, de passer du temps avec lui et son fils adoptif à la maison, mais elle est forcée de partir au nord de la Norvège pour enquêter sur le meurtre  particulièrement horrible de la Première ministre du pays. Elle constate immédiatement qu’on a tenté de détruire tous les indices, mais il en reste assez pour qu’elle remonte une piste et devine qu’un tueur en série s’apprête à perpétrer de nouveaux crimes.

Des premières pages saisissantes donnent tout de suite un ton très noir à ce roman qui parvient à conserver un rythme infernal tout en plongeant dans des univers historiques et scientifiques très crédibles. Un suspense qu’aimeront les amateurs de la série «Homeland».

 

6. Sous terre personne ne vous entend crier     
Gilbert Gallerne    
french pulp editions

 

Le commissaire Lionel Jonzac ne pouvait se douter qu’après une opération qui a mal tourné, il y aurait pire encore ce jour-là : la découverte du corps de sa nièce dans les catacombes. Mais que faisait Claire à cet endroit? Et quelle bête a pu laisser ses marques immondes sur son cadavre? Des détails particuliers poussent rapidement Jonzac à croire que ce meurtre est relié à une histoire ancienne où «le tueur du métro» terrorisait tous les Parisiens.

Claustrophobes s’abstenir! Car il faut suivre Jonzac dans les entrailles de celle qu’on surnomme la Ville lumière, mais qui présente ici sa face obscure : c’est une des forces de l’auteur : nous montrer un Paris qui n’a rien d’une carte postale, inquiétant, sombre, peuplé de personnages étranges. Et d’une créature monstrueuse qui veut la peau de Jonzac. Angoissant!

 

7. Un premier jour d’école    
Iris Martinez/Fabrice Boulanger       
Guy Saint-Jean

 

C’est le premier jour d’école de Pépé, un petit pangolin. Il aimerait bien que son papa l’accompagne mais celui-ci ne se réveille pas. Tant pis, il se rendra seul à l’école. Encore faudrait-il savoir où elle se trouve! Pépé demande à un okapi, une mangouste, une girafe s’ils connaissent son école...sans succès. Mais heureusement, son papa le rejoint!

Avec ses illustrations qui donnent envie de flatter les écailles de Pépé, cette histoire vraiment mignonne plaira aux premiers lecteurs et aux parents qui bénéficient également d’un guide d’accompagnement pour favoriser l’apprentissage de la lecture.

À lire aussi

Et encore plus