Vaincre le décalage horaire à l'aller et au retour | SB
/sportsandtravel/travel
Voyage

Vaincre le décalage horaire à l'aller et au retour

Shutterstock

Les symptômes affiliés au décalage horaire sont nombreux: trouble du sommeil et de digestion, maux de tête, fatigue, irritabilité, difficulté de concentration... François Lalande, pharmacien propriétaire affilié à Pharmaprix dans la région de Montréal, partage ses conseils d'expert visant à diminuer ces symptômes.

 

DANS L’AVION

 

PARTIR BIEN REPOSÉ
«Ce n'est pas toujours évident, mais il faut éviter de partir en voyage épuisé, explique François Lalande. On évite de faire trop d'activités avant de partir et on voyage le plus reposé que possible.»

 

ESSAYER DE DORMIR LE PLUS POSSIBLE DANS L'AVION
«Lorsqu'on arrive à destination en matinée, dormir le plus d'heures possibles en avion aide à passer la journée debout en arrivant sur place. L'inverse est aussi vrai; lorsqu'on atterrit en soirée, il vaut mieux rester éveillé le plus possible dans l'avion afin d'être bien fatigué en arrivant sur place. Se lever, bouger et faire des exercices d'étirement – permettant aussi d'éviter les crampes musculaires - sont de bonnes façons de rester éveillé.» Et, à choisir, on privilégie les vols arrivant à destination en soirée.

 

BIEN S'HYDRATER
En avion, l'hydratation est très importante. «Il faut boire beaucoup et souvent. De plus, il est préférable d'éviter l'alcool, de manger légèrement et fréquemment (plusieurs petites collations). Lors d'un vol de nuit, il vaut mieux manger avant d'entrer dans l'avion de façon à pouvoir dormir le plus longtemps possible sans être dérangé pendant le vol. Le système digestif mis en marche aide d'ailleurs à s'endormir.»

 

À DESTINATION

 

LES ACTIVITÉS, OUI, MAIS AVEC MODÉRATION
«Bouger un peu c'est bien, mais il vaut mieux privilégier la marche aux activités intenses, explique le pharmacien. On marche donc à un rythme faible ou modéré, surtout les deux heures suivant l'arrivée.»

 

SORTIR À L'EXTÉRIEUR AFIN D'ÊTRE EXPOSÉ À LA LUMIÈRE
«Être exposé à la lumière facilite le cycle circadien et aide à se mettre au diapason du rythme de vie de l'endroit où l'on se trouve. Passer du temps au soleil est une bonne façon de contrer les effets du décalage horaire.»

 

ÉVITER DE FAIRE UNE SIESTE PENDANT LA JOURNÉE
«C'est difficile, je sais, mais je conseille vraiment aux voyageurs d'éviter de faire des siestes pendant la journée à l'arrivée. Il faut plutôt prolonger cette journée le plus longtemps possible afin d'avoir une vraie bonne nuit de sommeil lorsque vient la nuit.»

 

LES MÉDICAMENTS

 

LA MÉLATONINE
Si son efficacité n'est pas prouvée à 100%, il y a plusieurs personnes pour qui la mélatonine semble faire effet. «Il est conseillé de prendre entre 3 et 5 mg lorsqu'on arrive à destination (ou la journée du vol) et de poursuivre la prise de mélatonine pendant 3 à 5 jours. Par contre, cela peut varier d'une personne à une autre. On opte pour la mélatonine à effet immédiat. Prendre une Gravol peut aussi aider, car l'un de ses effets secondaires est la somnolence. Cela peut être une option temporaire, mais lors du vol uniquement.»

 

ET LES BENZODIAZÉPINES (DES NEURODÉPRESSEURS) DANS TOUT CELA?
«Il faut faire très attention avec cette famille de médicaments sous prescription, met en garde le pharmacien. Il faut toujours en parler d'abord avec un médecin, car ces médicaments peuvent développer une dépendance. Ce n'est vraiment pas le conseil de base que l'on donne, mais cela peut être une option. Les somnifères peuvent réduire l'anxiété reliée au vol (dont plusieurs voyageurs souffrent) et aider à dormir.»


 

À lire aussi

Et encore plus