Mieux vivre la chimiothérapie | Salut Bonjour
/wellbeing/health
Santé

Mieux vivre la chimiothérapie

La chimiothérapie est une étape redoutée du traitement du cancer en raison de ses effets secondaires, dont la perte de cheveux. Pour affronter les traitements, il est important de garder un bon niveau d’énergie, de bien-être, de moral et de motivation.

Geneviève Guérard a rencontré Sophie Truesdell-Ménard qui a été diagnostiquée au début de sa quarantaine d’un cancer du sein agressif avancé. Elle aurait dû perdre 100 % de ses cheveux dès son premier traitement, qui a duré 6 mois, mais elle les a conservés. 

  

Casque réfrigérant

Pour garder ses cheveux, Mme Truesdell-Ménard a utilisé des casques spéciaux réfrigérés à une température extrêmement froide et portés avant, pendant et après le traitement de chimiothérapie. 

Le fait de refroidir ainsi les follicules des cheveux permet de limiter la quantité de toxines de chimiothérapie qui pourra les atteindre, permettant à la plupart des patients de sauver une bonne partie de leurs cheveux. 

Elle a donc créé ce site : gardetescheveux.org qui donne des liens et de l’information. 

  

Autres médecines douces

Les médecines complémentaires ne soignent pas le cancer, mais associées au traitement prescrit par l’oncologue, elles peuvent atténuer les nausées, vomissements, troubles digestifs, fatigue, états émotionnels et problèmes de peau. 

Nausées et vomissements : le gingembre en gélules. 

Troubles digestifs : l’artichaut, le chardon-marie, le curcuma (avant et entre les séances de chimio). 

Fatigue physique ou psychologique : le ginseng

Stress et anxiété : la valériane et la passiflore. 

Pour protéger la peau : l’huile de bourrache ou d’onagre ou les huiles végétales (d’amande douce, d’argan, d’arnica) sont hydratantes et nourrissantes. 

Renforcer le système immunitaire : les huiles essentielles l’acupuncture, la sophrologie, la relaxation et le yoga. 

  

L’alimentation

Lorsqu’une personne reçoit un traitement contre le cancer, ses besoins en calories sont plus élevés que d’habitude. Il est recommandé de manger une collation entre les repas.

À lire aussi

Et encore plus