Salut Bonjour | Décoder les mystères de l’émerveillement
/wellbeing/psycho

Décoder les mystères de l’émerveillement

Pourquoi devenir adulte nous éloigne si souvent de l’émerveillement?

Enfant, nous avions cette capacité de percevoir le merveilleux. On arrivait à ressentir de la surprise, à se sentir tout petit devant l’immensité. Une fois adulte, cette faculté se perd. Dommage, puisqu’en vieillissant, l’émerveillement pourrait être extrêmement bénéfique sur le plan psychologique et comportemental. 

Si cette capacité d’émerveillement se dissout, c’est en raison de l’appel incessant de la technologie, de notre rythme de vie plus individualiste, du stress et de la routine, qui rend notre cerveau paresseux et nos habitudes machinales. Les personnes qui développent l’art de s’émerveiller feraient preuve de plus de générosité, d’éthique dans la prise de décision et d’altruisme. 

Réapprendre à s’émerveiller

Arrivé à un certain âge, l’insouciance est souvent derrière nous. La réalité est difficile et nous rattrape. La capacité d’émerveillement devient une quête. 

Un grand concert ou un spectacle de cirque, ça étonne, mais, l’émerveillement peut aussi être gratuit et accessible au quotidien. Il s’agit de le provoquer ! 

Il faut d’abord prendre le temps d’apprécier la nature et de prendre un moment pour soi pour bouger, lire et se laisser inspirer. 

On conseille aussi de sortir de sa zone de confort, d’éveiller son cerveau et d’apprendre de nouvelles choses : un instrument de musique ou un nouveau sport par exemple. Prendre des vacances est une excellente façon de cultiver l’émerveillement. En vacances, notre cerveau est éveillé et captivé par tout ce que l’on voit. La routine n’existe plus. 

Terminons en beauté avec cette citation d’Einstein :

« L’expérience la plus belle et la plus profonde que nous puissions vivre est celle du mystère. C’est la source de tout art et de toute science. Celui qui est étranger à cette émotion, qui ne peut plus s’arrêter pour s’interroger et rester captivé d’admiration, est mort à peu de chose près. Ses yeux sont fermés. » - Albert Einstein

À lire aussi

Et encore plus