4 choses à savoir sur le bégaiement | Salut Bonjour
/homeandfamily/familylife
Vie de famille

4 choses à savoir sur le bégaiement

Qu’ont en commun Aristote, Marilyn Monroe, Winston Churchill, Albert Einstein, Isaac Newton, Jean-Jacques Rousseau, Tiger Woods et Bruce Willis? Ces célébrités ont toutes bégayé. Encore aujourd’hui, le bégaiement reste un phénomène incompris. Il y a encore beaucoup de préjugés associés à ce trouble de la communication. Voici 4 éléments à connaitre sur le bégaiement.

1. Qu’est-ce que le bégaiement?

C’est un trouble d’exécution de la parole ayant une origine neuromusculaire. Ce n’est pas un trouble du langage, mais plutôt un problème d’ordre « mécanique ». Jusqu’à 10 % de la population présenterait un bégaiement à un moment de sa vie. Ce problème d’élocution persisterait chez 1 % des gens. 

2. Mythes et réalités au sujet du bégaiement

Le bégaiement n’a absolument rien à voir avec la santé mentale, l’intelligence ou le quotient intellectuel. Contrairement aux croyances populaires, le bégaiement n’est pas causé par la gêne, une timidité excessive, un manque d’estime de soi, la nervosité ou un problème affectif. C’est que les émotions sont les véritables chefs d’orchestre du bégaiement. Plus l’enfant éprouve de la peur, de la honte ou de l’anxiété par rapport à son trouble de la parole, plus le problème risque d’augmenter en sévérité. 

3. Le bégaiement peut-il se guérir?

Le terme « guérir » ne s’applique pas puisque le bégaiement est un trouble de la parole et non une maladie. 

Un bon traitement orthophonique pour un bégaiement léger ou modéré à l’âge préscolaire ou au début de l’âge scolaire laisse peu de traces du problème. S’il est, encore aujourd’hui, impossible de faire disparaître le bégaiement définitivement malgré les progrès impressionnants des dernières décennies, il est parfaitement possible pour les enfants d’apprendre à le contrôler. 

4. Trucs et astuces pour mieux vivre avec le bégaiement

Parlez plus lentement, faites des pauses quand vous parlez et maintenez un bon contact visuel avec la personne qui bégaie. Laissez la personne parler sans démontrer de signes d’impatience. Ne terminez pas ses phrases à sa place! Dire le mot à sa place ne l’aidera pas et pourrait l’amener à se décourager. 

Pour renforcer la confiance de l’enfant, dédramatisez ses erreurs et félicitez-le pour ses bons coups. Ces stratégies ne feront pas disparaître le bégaiement, mais pourraient faciliter la parole et permettre à votre enfant de conserver son estime de lui-même en se sentant compris et soutenu.

À lire aussi

Et encore plus