5 choses à faire quand sa conjointe est enceinte | SB
/misc
Ressources santé

5 choses à faire quand sa conjointe est enceinte

Shutterstock

Bonne nouvelle, votre conjointe est enceinte. Il ne vous reste plus qu’à attendre la naissance du bébé. Non! Pas en 2019. Une bonne façon d’être un papa engagé dès la grossesse est de prendre en main le volet administratif. Voici ce que vous devez faire maintenant. Installez-vous confortablement avec un téléphone bien chargé et un ordinateur. Vous aurez besoin d’une heure, tout au plus.

 

À lire aussi: Les premiers signes et les bons réflexes à avoir

 

1. Ce dont vous aurez besoin

Numéro d’assurance maladie de votre conjointe; Vos disponibilités pour les prochaines semaines; La date des dernières menstruations; Le nom et le numéro de son médecin.

 

2. Premier rendez-vous médical

D’un point de vue médical, la première étape est de prendre rendez-vous avec son médecin de famille. En attendant, prenez l’habitude de noter toutes vos interrogations afin d’arriver préparé et de ne rien oublier. Vous aurez peu accès aux ressources médicales durant le premier trimestre.

 

3. Inscription à la maison de naissance ou en obstétrique

Vous souhaitez un accouchement à la maison ou en maison de naissance? Ne perdez pas une seconde; certains couples sont plus rapidement que leur ombre. Visitez le site de l’ordre des sages-femmes du Québec pour trouver les ressources disponibles dans votre région et appelez tout de suite. Si vous préférer que l’accouchement se passe à l’hôpital, il n’y a pas d’urgence. Vous pouvez attendre de voir votre médecin. Répertorier les différents services d’obstétrique de votre secteur en notant les avantages et les inconvénients de chacun.

 

4. Inscription à la garderie

Si vous voulez que votre enfant ait une place en garderie avant sa rentrée au primaire, dépêchez-vous à l’inscrire sur le site www.laplace0-5.com.

 

5. Inscription aux cours prénataux

Rien ne presse pour l’inscription aux cours prénataux, qui ont généralement lieu à la 20e semaine. Vous pouvez donc attendre la fin du premier trimestre. Il est fortement conseillé d’y assister, surtout pour un premier enfant. Il y sera question de l’alimentation (pendant et après la grossesse), de la grossesse, de l’accouchement, de l’allaitement, des soins au nouveau-né, etc. Les CISSS, les CLSC et plusieurs organismes communautaires offrent des cours prénataux gratuits. Il est aussi possible de faire appel à des entreprises privées ou des accompagnantes à la naissance, dont certaines se déplacent à domicile. Prévoir entre 150 $ et 350 $. Enfin, en déboursant 50 $ à 150 $ vous pourrez suivre ces cours en ligne. Cette méthode est idéale pour ceux qui ont des horaires complexes, mais pas pour ceux qui ont des questions.

À lire aussi

Et encore plus