L'art du timing | Salut Bonjour
/wellbeing/psycho

L'art du timing

Il y aurait un courant précis de l’influence du timing pour chacun d’entre nous selon le journaliste et docteur en droit Daniel Pink.

Selon le journaliste et docteur en droit Daniel Pink, il y aurait un courant précis de l’influence du timing pour chacun d’entre nous.  

À voir aussi: Des outils contre les dépendances   

Durant deux ans, cet écrivain, accompagné de deux chercheurs, s'est penché sur l’art du timing, notamment les causes de nos baisses d'énergie au milieu de l'après-midi, les astuces pour prendre un bon départ, les motivations qui nous font accélérer en fin de parcours, mais aussi les fondements du respect de notre horloge biologique... et de celle des autres.     

  

1. La courbe de positivité quotidienne  

L’une des études a entre autres révélé qu’au cours d’une journée, notre humeur positive aurait tendance à croître le matin, décliner l’après-midi et remonter le soir. Le matin, le sentiment de positivité serait donc en hausse, déclinerait l’après-midi et remonterait par la suite.        

  • Lors du pic du matin, notre cerveau est plus vigilant, et donc plus apte à résoudre des problèmes analytiques en nous protégeant des distractions. C’est une phase qui permet d’accomplir un travail qui demande intensité et concentration (GRAB homme-concentration + GRAB homme-bureau-ecouteur).    
  •  Le creux de l’après-midi devrait être alloué à des tâches plus simples, répétitives ou administratives. Comme répondre à des courriels par exemple.    
  • Le rebond ou la phase de redémarrage en fin de journée est une phase ou la créativité est à son maximum parce que les inhibitions du matin sont tombées et l’esprit s’ouvre plus librement. C’est donc un bon moment pour les réunions de brainstorm ou un quelconque travail où il faut trouver des solutions créatives à des problèmes (GRAB brainstorm).        

2. Le chronotype  

Pour savoir quelles sont nos périodes de pic, de creux et de rebond, il faut d’abord déterminer quel est notre chronotype. Il existe 3 chronotypes distincts qui influencent différemment la santé physique et mentale ainsi que le bien-être: les « alouettes » (les lèvent tôt), « hiboux » (les couchent tard), ou entre les deux, ceux qu’on appelle le 3e type. 60 % à 80% des gens seraient de 3e type     

Pour connaître notre chronotype, il faut repérer quel est le mitan de notre sommeil, c’est-à-dire la moyenne des deux chiffres entre l’heure à laquelle vous vous couchez et celle à laquelle vous vous levez durant vos jours non travaillés. Si, par exemple, vous vous endormez la fin de semaine vers 23h30 et que vous vous réveillez vers 7h30 (même si vous choisissez de rester au lit), votre mitan se situe à 3h30 la nuit. Ce qui veut dire que vous faites partie du troisième type.    

  

3. Au travail, quoi faire selon votre type?   

  • Si vous devez faire bonne impression sur un public, choisissez la matinée parce que la plupart des gens sont du troisième type, et donc réceptifs et concentrés le matin.    
  • Si vous devez accomplir une tâche analytique? Pour les alouettes, ce sera le matin et pour les hiboux, le soir. Les hiboux sont plus créatifs le matin pour résoudre des problèmes en pensant « à l’extérieur de la boîte » tandis que pour les alouettes, c’est le soir.    
  • Si, comme la plupart des gens, vous ne décidez pas de la séquence dans laquelle vous pouvez faire les choses, n’oubliez pas de prendre des pauses, ça va sensiblement augmenter votre efficacité au travail.        

4. Les pauses et la sieste  

Prendre des pauses, c’est primordial pour tous! Selon certaines études, pour atteindre une productivité maximale, il faudrait travailler 52 minutes et faire une pause de 17 minutes. Ça semble assez contraignant, mais le message c’est de prendre un moment chaque heure ou encore, de planifier 3 pauses par jour où         

  • vous allez marcher, ou bouger     
  • idéalement avec quelqu’un, pour jaser de tout et de rien, mais pas de travail    
  • idéalement dehors ou autour des plantes d’intérieur, mais voyez du vert !    
  • idéalement avec déconnexion physique (pas de cellulaire) et psychologique (pas de ruminations à propos du travail)        

  

Selon une étude faite par la NASA, il a été démontré que si les pilotes siestaient 26 minutes, leurs performance, vigilance et acuité pouvaient être améliorées jusqu’à 54%. Mais selon Daniel Pink, la sieste idéale devrait avoir les caractéristiques suivantes :    

• durer entre 10 et 30 minutes    

• se produire entre 14h et 15h (dans le coup de mou)    

• se faire avec quelque chose sur les yeux ou des bouchons d’oreille pour assurer un environnement calme    

Il est même suggérer de boire un café juste avant de s’allonger (puisque 25 minutes plus tard, le café passera dans le sang et vous réveillera au même moment où la sieste doit prendre fin) et de terminer par un grand verre d’eau au réveil    

  

5. Quand commencer de nouveaux projets?  

Vous voulez commencer à écrire un roman? Vous entraîner pour un marathon? Arrêter de fumer? Choisissez une date qui « représente déjà » un nouveau départ. Par exemple: votre anniversaire, le jour de l’an, le lendemain du jour où vous rentrez de vacances, etc.    

• planifiez d’avance le premier creux de vague qui surviendra 30 jours plus tard et établissez des plans de motivations en avance    

• profitez de l’élan de fin de décennie: deux psychologues, Alter and Hershfield, ont analysé les réponses de près de 43 milles personnes dans 100 pays différents pour s’apercevoir que les âges de 29, 39, 49 et 59 ans étaient des âges où les gens trouvaient la motivation soudaine pour faire de bonnes ou mauvaises choses, un peu comme une réponse à un « last call ». Ces fins de décennies seraient donc propices pour de grandes réflexions sur le sens de notre vie.    

  

6.La théorie du taux de satisfaction dans sa vie en forme de U (TAB courbe-bonheur)  

En moyenne, un individu est sensiblement moins heureux entre 45 et 50 ans qu’aux environs de 20 ans, et nettement plus heureux aux alentours de 65 ans. Le simple fait d’en être conscient peut aider! Vers l’âge de 40-45 ans, à la mitan de la vie, on vit un creux par rapport à notre sentiment de satisfaction qui ensuite, remonte en flèche! C’est un peu ce qu’on appelle la crise de la quarantaine... aussi appelée la crise la mi-vie.     

  

7. Le bon timing en vrac !  

Voici quelques conseils pour améliorer votre timing:         

  • Pourquoi ne devriez-vous rien demander comme faveur ou planifier un rendez-vous important à 14h55 ? Parce que c’est le creux du creux de la courbe dans le fameux creux de l’après-midi. Plusieurs études réalisées au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Finlande et en France ont démontré que le premier « pic » des accidents de voiture se produisait, comme on pourrait s’y attendre, entre 2h et 6h le matin et que le deuxième pic, lui, se situait entre 14h et 16h l’après-midi ! Une autre étude, au Danemark, réalisée sur un échantillon de 2 millions d’examens standardisés à l’école, a démontré que ceux qui passaient leurs examens l’après-midi avaient significativement de moins bonnes notes que ceux du matin.    
  • Pourquoi c’est à la toute dernière journée de nos vacances que l’on devrait planifier un moment « wow », une activité toute spéciale ? Parce qu’on apprécie davantage quand la fin de quelque chose est un progrès. On aime, par exemple, recevoir la mauvaise nouvelle avant la bonne, mais aussi parce que c’est prouvé que le sentiment de satisfaction de nos vacances restera avec nous plus longtemps de cette façon.    
  • Pourquoi les 5 dernières minutes de notre journée de travail devraient-elles être réservées à faire un bilan de ce que vous avez réussi à accomplir ou à avancer dans votre journée ? Parce que le fait de quitter le travail avec le sentiment « d’avoir encodé le positif » de notre journée est le meilleur des motivateurs pour revenir le lendemain... même en plein été !        

(Source : Madame Le Figaro, 1er février 2019)

À lire aussi

Et encore plus