Comment gérer les chicanes d'enfants | Salut Bonjour
/homeandfamily/familylife

Comment gérer les chicanes d'enfants

Quand on est parent, une partie inévitable de notre travail est de gérer les chicanes de nos enfants, que ce soit entre frères et sœurs ou entre ami(e)s.  

À voir aussi: Réussir sa famille recomposée   

Sachez que les chicanes sont normales et même, saines, puisqu'elles apprennent aux enfants à tester leurs forces et leurs limites. Certains cas de chicanes sont récurrents.  

Top 10 des chicanes les plus communes 

1. L'espace. Le choix de place à la table, dans le salon ou la voiture, son frère est entré dans sa chambre, etc. 

2. L'attention. Lorsqu'un autre enfant a l'attention des parents et que l'autre proteste de toutes sortes de façons. 

3. Les objets. S'arracher un jouet, un appareil électronique, un meuble... Bref, n'importe quoi que l'autre enfant a. 

4. Les privilèges. Lorsqu'un enfant se vante d'avoir eu un privilège que l'autre n'a pas eu. On entend déja «C'est pas juuuuuste!» 

5. Le bruit. Un son, une chanson, une question répétitive... Parfois même une simple respiration peut agacer un enfant lorsqu'elle provient de son frère ou sa sœur. 

6. Le plagiat. Il arrive souvent qu'un enfant veule imiter son frère ou sa sœur, ce qui peut irriter ce dernier/cette dernière. 

7. Le sucre ou les surprises. Pas facile de partager les sucreries, tout doit être absolument ÉGAL, à la miette près.   

8. Les contacts physiques. «Je ne l'ai même pas toucher!» On a tous déja entendu cette phrase. 

9. Les ami(e)s. L'aîné qui refuse catégoriquement que son cadet le suive ou joue avec lui et ses amis... 

10. Rien (et tout)! Les enfants n'ont pas nécéssairement besoin de cause précise pour se chicaner, ils sont très créatifs en la matière! 

Comment gérer les chicanes 

1. Être juste 

Écouter ce que chacun a à dire, sans parti pris. Agir comme médiateur en les incitant à parler au je et en ne permettant pas de couper la parole à l'autre. 

2. Mettre en place un code de conduite 

Avoir des règles bien établies avec des conséquences ou des récompenses liées à certains comportement. On ajuste avec l'âge de l'enfant. Il est important que les règles soient claires pour tous. 

3. Intervenir au moment nécéssaire 

Il est préférable de laisser les enfants régler leur conflit seul et de rester en retrait le plus possible. Si il y a des débordements qui peuvent dégénérer (par exemple, de la violence physique ou des paroles méchantes), on peut intervenir en leur expliquant qu'il s'agit d'un comportement inacceptable et de les séparer pour un moment de retrait.  

Les étapes de la résolution de conflit 

Finalement, gardez en tête ces étapes et partagez-les à vos enfants pour qu'ils arrivent à mieux gérer les conflits.  

  • J’arrête et je m’éloigne 
  • Je me calme et je respire 
  • J’écoute l’autre et je réfléchis  
  • Je m’explique et j’en parle 
  • Je trouve une solution, je m’excuse et je répare 

À lire aussi

Et encore plus