Les douleurs menstruelles, ça se soulage | Salut Bonjour
/wellbeing/health

Les douleurs menstruelles, ça se soulage

Image principale de l'article Les douleurs menstruelles, ça se soulage

Ce n’est pas un passage obligatoire, les douleurs menstruelles : même si 50% des femmes souffrent de la dysménorrhée, ces symptômes peuvent être apaisés de différentes façons. Si on considère que les femmes sont menstruées en moyenne 400 fois dans leur vie, il vaut mieux agir maintenant.  

 • À lire aussi: Pour en finir avec les ballonnements

Le sport : oui, mais...

Lorsque les règles se déclenchent, vous avez envie de bien des choses (dont du chocolat), mais certainement pas de mettre les pieds dans une salle d’entraînement. Pourtant, un entraînement léger peut aider à soulager les douleurs. Le yoga, par exemple, va détendre à la fois les muscles et les pensées.  

 

Le chaud, plus que le froid

La bouillotte, le coussin chauffant, le bain ou la compresse sont toutes des méthodes efficaces pour aider à diminuer la douleur. La chaleur qu’ils vont dégager va avoir un effet anti-inflammation sur les muscles, en plus de favoriser la détente.  

 

La nature et ses vertus  

La nature, à elle seule, peut nous offrir des solutions intéressantes aux ibuprofènes. La camomille, reconnue pour être particulièrement efficace pour calmer le stress, va agir comme antispasmodique. Le gingembre, quant à lui, peut offrir un soulagement contre les nausées, les vomissements et les crampes.  

 

La médecine alternative

Des études ont prouvé l’efficacité de l’acupuncture pour apaiser les règles douloureuses. Cette pratique peut être faite autant avant que pendant les menstruations. Ainsi, elle permettrait autant de soulager les crampes que pour les prévenir.  

 

Le régime alimentaire

Certains aliments, dont vous avez particulièrement envie durant cette période, sont à bannir. Il n’y a qu’à penser au café, aux sucreries, aux patates frites, aux breuvages alcoolisés. Sans surprise, on privilégie les fruits et les légumes.  

Tout symptôme anormal doit être pris au sérieux : un rendez-vous chez un professionnel de la santé s’impose.  

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus