La culpabilité parentale | Salut Bonjour
/homeandfamily/familylife

La culpabilité parentale

Quel parent ne s’est jamais senti coupable d’avoir manqué de patience ou d’avoir été absent lors d’une occasion? Jean-François Baril nous parle de culpabilité parentale en collaboration avec la psychologue Suzanne Vallières. 

À voir aussi: Bouger en famille  

Pourquoi, en tant que parents, se sent-on coupable de tout et de rien lorsqu'il est question de nos enfants? D’où ça vient? C’est certain que c’est parce que l’on aime nos enfants, que l’on veut le mieux pour eux, mais à la longue, cette émotion peut affecter notre estime de soi et mener à de l’anxiété. 

1. Un phénomène psychologique individuel 

Certains facteurs individuels font en sorte qu’un parent sera plus susceptible qu'un autre de ressentir de la culpabilité, notamment, sa personnalité, le niveau de ses standards et son estime de soi. Si certains gèrent bien l’effet des exigences élevées face au rôle de parent, d’autres éprouvent un sentiment d’échec. Selon Suzanne Vallières, se questionner sur nos interventions parentales ou s’autoévaluer n’est pas une mauvaise chose en soi, bien au contraire, mais comme pour n’importe quelle sphère de vie, on ne souhaite pas qu’elle devienne la sphère principale de valorisation. 

2. Un phénomène social 

Le sentiment de culpabilité ressenti par bien des parents s'est amplifié avec le temps. Notre façon de percevoir la famille a changé avec les décénnies: conciliation travail-famille, manque de temps, apparition de différents modèles familiaux, etc. Les médias sociaux font également en sorte qu'on se compare entre nous et qu'on se juge facilement. 

3. Des pistes pour gérer la culpabilité  

  • Varier les sphères de valorisation  
  • Se faire confiance  
  • Diminuer la comparaison  
  • En parler  
  • Revoir notre définition d’un «bon parent»  
  • Accepter d'apprendre  

À lire aussi

Et encore plus