Cayman Cookout : entrevue avec Daniel Boulud | Salut Bonjour
/misc

Cayman Cookout : entrevue avec Daniel Boulud

Image principale de l'article Cayman Cookout : entrevue avec Daniel Boulud

Entrevue avec Daniel Boulud  

 

s

 

Aviez-vous eu la chance de rencontrer tous les chefs qui participent à l’événement?  

 

Comme tous les ans au Cayman Cook, il y a beaucoup de talents internationaux, tels que Clare Smyth, que j’admire, qui a un restaurant super et qui est une chef extraordinaire.   

 

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour les menus proposés?  

 

Il y a plusieurs inspirations. Bien sûr, nous sommes dans les Caraïbes et pour moi, ce rapprochement tropical, épicé est important. Pour ma démonstration, ce sera une soupe de poisson tropical qui s’appelle Moqueca, du Brésil, mais à la façon de Daniel. La Moqueca, c’est une préparation faite avec des crevettes, du lait de coco et parfumé avec de l’huile de dendê du Brésil. Le tout sera agrémenté de poivrons, de piments, de citron et de coriandre. C’est une inspiration tropicale et brésilienne.   

 

Si vous deviez réaliser un plat trois services à vos proches, quel serait-il?  

 

Je leur ferais bien sûr des plats français, mais des plats qui résonnent avec la grande cuisine classique. Je commencerais avec une bisque de homard, dans laquelle on retrouve de gros morceaux de homard et de beaux légumes confits. Ensuite, j’irais peut-être avec un gigot, un plat qui cuit lentement, qu’on glace, qu’on arrose. J’accompagnerais le tout de légumes de Provence. J’aimerais finir avec un soufflé au grand marnier. Ce sont des classiques français, mais ce sont des plats que ma famille adorera.   

 

Quelle recette familiale avez-vous réinventée?  

 

Qui dit recette familiale, dit grande famille, dit grande fête autour d’un plat. La recette que j’affectionne le plus, c’est une courge farcie et cuite au four. Cette courge, elle est farcie de pain grillé, de champignons sauvages, de fromage et de lardon. Elle est recouverte de gruyère. Quand elle est bien pleine, on verse de la crème fleurette, jusqu’à rebord. On la cuit au four pendant deux heures jusqu’à ce qu’elle soit presque confite.   

 

Si vous quittez sur une île déserte, quels 7 aliments apportez-vous?  

 

Le cochon est un indispensable, car je peux faire beaucoup de recettes. La pomme de terre parce que je peux aussi faire beaucoup de recettes. Des œufs parce que c’est une bonne protéine que je mange tous les jours. Des épinards ou de la verdure que je pourrais trouver sur l’île. Du vin rouge pour faire la cuisine peut-être, mais pour boire surtout : du pinot noir, du bourgogne. Je peux me passer du sucre, mais pas du sel, donc ça me prendra du sel. Le septième ingrédient serait de la tomate parce que je pense que je peux cuisiner beaucoup de choses avec la tomate.   

 

Vos trois restaurants favoris à Montréal?  

 

L’un de mes favoris est celui de Normand Laprise, le Toqué. J’aime le Olives et Gourmando pour les bons sandwichs. Finalement, je choisirais le Montréal Plaza, le restaurant de Charles Antoine Crête.  

 

Quel est votre repas favori chez Toqué?  

 

Un des plus beaux plats que Normand a faits, c’était à Lion, il nous a fait une salade de homard avec tous les produits du Québec, c’était inoubliable.   

 

Pour ou contre la poutine?  

 

J’adore la poutine, mais tard le soir. J’ai mangé chez Martin Picard au pied de cochon, c’est inoubliable.   

 

Gastronomie montréalaise ou française?  

 

Je suis avant tout « cuisine française » , mais la cuisine montréalaise me cuisine beaucoup.  

 

Ces entrevues ont été réalisées dans le cadre de l'événement culinaire Cayman Cookout.
Pour plus d'informations: https://caymancookout.com/ 

À lire aussi

Et encore plus