Les styles d’attachement des enfants | Salut Bonjour
/homeandfamily/familylife

Les styles d’attachement des enfants

L’attachement est le lien que forment les bébés avec les personnes les plus près d'eux. Cette relation influencera toutes les autres relations que l’enfant aura dans sa vie, elle est donc très importante. On explore les différents styles d'attachement et comment ils se développent en collaboration avec Sylvie Samson, travailleuse sociale.  

À voir aussi: Mieux vivre les moments difficiles   

Chaque enfant, qu'il soit adopté ou non, naît avec le besoin primordial d’établir un lien stable et sécurisant avec ses parents. C’est ce qu’on appelle « l’attachement ». Un lien d’attachement stable et sécurisant, équipera mieux l'enfant pour aux difficultés de la vie. Il existe différents styles d'attachement.    

  1. L’attachement sécurisant: l’enfant est capable d’aller explorer, d’aller découvrir le monde, sans indépendance ou dépendance marquée. Il y a une forme de sécurité, d'aisance qui est tout à fait saine et adéquate.   
  2. L’attachement insécurisant: dans cette catégorie, il y a 3 modèles:     
    1. L’anxieux (ou évitant ou solo). Ce sont des enfants qui ne sont pas à la recherche de proximité relationnelle. Ils sont indépendants (voire trop indépendants).   
    2. L’anxieux résistant (ou velcro). Des enfants qui ont besoin d’être connectés, de toujours être proches, collés à l'adulte parce qu’ils ont besoin d’être rassurés. Ils ont l’impression que s’ils vont trop loin, ils vont rater un moment d'affection.   
    3. L’anxieux ambivalent (ou sumo). Un mélange des deux précédents. Ce sont des enfants qui sont intéressés par la relation, qui voudraient être en relation, mais qui sont aussi très craintifs de cette proximité-là. Alors quand l’adulte va entrer en relation avec lui, il va repousser, il va rejeter, souvent par des grandes marques de colères, d’opposition... Pourquoi? Parce que la proximité lui fait peur, alors il va faire mal avant de se faire faire mal.    
  3. L’attachement désorganisé: on remarque ce style d’attachement chez les enfants qui ont vécu de graves négligences, qui ont été exposés à beaucoup d’incohérences de la part du donneur de soins (ex : problèmes sévères de santé mentale, de toxicomanie). L'enfant ne sait jamais sur quel pied danser.    

Comment (ré)instaurer un bon lien d’attachement?  

Il n’est jamais trop tard pour rectifier le tir, car le cerveau est malléable. Il est donc possible modifier son style d’attachement toute au long de la vie. La clé pour y parvenir, c’est d’abord de s’arrêter, de se demander si on est disponible ou s’il y a plusieurs «stresseurs». Il est aussi possible de consulter un professionnel pour nous aider, au besoin, et pour avoir un point de vue extérieur.  

On donne souvent à nos enfants ce que l’on a reçu, donc réfléchir à la façon dont ce besoin a été satisfait par nos proches dans le passé peut être un bon exercice. Surtout, on n’hésite pas à passer le relais si on se sent dépassé(e) ou trop stressé(e), parce que les parents aussi ont besoin de soutien!

À lire aussi

Et encore plus