Des insectes dans notre assiette | Salut Bonjour
/wellbeing/nutrition

Des insectes dans notre assiette

On parle de plus en plus de l'importance de prendre soin de notre planète. Et si, pour y parvenir, on mettait des insectes dans notre assiette? En plus des avantages environnementaux, manger des insectes comporte de nombreux bénéfices pour la santé. On en discute avec Ingrid Falaise, en collaboration avec Louise Hénault-Ethier, biologiste et docteure en sciences de l’environnement.  

À voir aussi: Le rôle du microbiote dans notre santé   

L’entomophagie (l'action de manger des insectes) est pratiquée dans plusieurs régions d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Amérique du Sud. Pourtant, en Amérique du Nord et en Europe, cette pratique n'est pas du tout intégrée, même si le potentiel des insectes comestibles est immense!   

1. Avantages environnementaux  

À poids égal, par exemple, la production de grillons nécessite 2 000 fois moins d’eau, 12 fois moins de nourriture et émet 100 fois moins de gaz à effet de serre que la production de bœuf, en plus des nutriments que le grillon contient.  

2. Avantages nutritifs  

Le taux de protéines contenu dans les insectes est largement supérieur à celui de la viande et des œufs. Dans un ténébrion meunier par exemple, on retrouve 50 % de protéines, mais aussi du fer, du zinc, des vitamines, un peu de lipides et peu de glucides.  

3. Parlons goût  

Une étude réalisée en Thaïlande a révélé que 75% des personnes qui consomment des insectes le font principalement parce qu’elles aiment leur goût. Dans certains cas, les insectes peuvent même rehausser la saveur des autres aliments. Si de votre côté, vous n'êtes pas prêt à déguster des insectes entiers, il est possible de se tourner vers des produits à base d’insectes comme des farines, des craquelins, des barres protéinées ou des pâtes alimentaires. Plusieurs entreprises québécoises fabriquent maintenant différents produits à partir d'insectes. Il existe même de la bière aux grillons!   

À notre tour de faire un test de goût:

À lire aussi

Et encore plus