Il faut prendre au sérieux la détresse psychologique que peuvent vivre les enfants durant la pandémie | Salut Bonjour
/homeandfamily

Il faut prendre au sérieux la détresse psychologique que peuvent vivre les enfants durant la pandémie

Image principale de l'article Prendre au sérieux la détresse des enfants

Alors que pour plusieurs se dessine à l'horizon une lueur d'espoir, les parents doivent rester vigilants quant à l'état psychologique de leur enfant. C'est le message qu'a tenu à transmettre le gouvernement du Québec dans sa plus récente campagne, qui s'intitule Aller plus loin que l'arc-en-ciel.  

 • À lire aussi: 7 masques en tissus pour enfants juste à temps pour le retour en classes

Mine de rien, le Québec entame sa huitième semaine de confinement. La majorité des jeunes des écoles primaires pourra réintégrer les classes le 11 mai prochain, alors que ce ne sera pas le cas pour ceux des écoles secondaires. Plusieurs enfants et adolescents peuvent ressentir du stress, de l'anxiété ou même de la déprime en lien avec la crise du Coronavirus. 

Certains signes devraient alerter les parents. Chez l'enfant, il faut être attentif aux troubles du sommeil, aux douleurs physiques, aux comportements agités ou régressifs, à un désintérêt pour les jeux ou les activités. L'enfant qui vit du stress peut aussi démontrer des inquiétudes, en cherchant à se faire prendre ou en posant des questions. 

Chez l'adolescent, il faut s'inquiéter si on note des changements dans le sommeil, dans l'appétit, dans la consommation de drogue ou d'alcool. Il faut aussi surveiller le changement dans le comportement. Par exemple, s'il devient plus irritable ou agressif ou encore s'il se montre inquiet pour sa santé ou celle de ses proches. 

Il faut rester à l'écoute de certains de ces signes, tout en restant disponible et franc avec notre enfant. Il est important que ceux-ci puissent trouver du réconfort dans une routine, mais aussi grâce à des activités ou des jeux qui les valorisent ou les font sentir bien. En maintenant des liens virtuels avec ses amis ou d'autres membres de la famille, vous vous assurez de rompre l'isolement dont souffrent certains enfants. 

Finalement, il est important que les parents aussi prennent soin d'eux et restent informés. Voici un guide utile sur la santé mentale, mis en ligne par le gouvernement du Québec. Allons plus loin que l'arc-en-ciel, car nos enfants ont besoin de plus que « ça va bien aller ». 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus