Selon une étude, ceux qui sont nés en septembre sont plus intelligents | Salut Bonjour
/artsandentertainment

Selon une étude, ceux qui sont nés en septembre sont plus intelligents

Image principale de l'article Ceux qui sont nés en septembre sont plus brillants

Les enfants qui sont nés au mois de septembre ont non seulement plus de chance de faire des études supérieures, mais ils sont aussi plus intelligents que leurs camarades de classe. C'est ce qu'a révélé une étude publiée dans le magazine National Bureau of Economic Research en 2017.

• À lire aussi: Astrologie : 10 choses que font les Vierges qui les rendent tellement attachantes
 

Un panel d'experts, issu des universités de Toronto, de la Floride et de Northwestern, s'est penché sur les résultats académiques et les capacités cognitives de 1,2 million jeunes américains, tous âgés entre 6 et 15 ans. Ces élèves, qui vivaient tous en Floride, ont été évalués en fonction de leur jour et mois de naissance. 

Les résultats sont surprenants : ceux qui sont nés au mois de septembre ont de meilleurs résultats scolaires que les autres. Par le fait même, ils ont plus de chance de poursuivre leurs études jusqu'à université. 

 
 

Comme ils sont nés au début de l'année scolaire, ils sont plus vieux que leurs camarades. Selon les experts, il s'agirait de l'âge idéal pour faire son entrée sur les bancs d'école. Leur cerveau étant plus développé, ils font une meilleure analyse des consignes et des concepts. 

 
 

Comme ils sont plus performants à l'école, ces enfants nés au mois de septembre ont généralement une meilleure confiance en eux et ils sont moins susceptibles de devenir des délinquants juvéniles.

Toutefois, les experts ont révélé que les enfants qui étaient nés au mois d'août étaient le moins performants dans plusieurs matières. Ce résultat est attribuable au fait que ceux-ci sont généralement les plus jeunes de leur classe. 

 
 

Il faut aussi prendre en compte le milieu familial dans lequel un enfant évolue. Selon l'étude, les familles issues d'un milieu défavorisé ont tendance à envoyer leurs enfants plus rapidement à l'école, alors que c'est plutôt le contraire chez les familles plus aisées.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus