Le Canada n’en fait pas assez pour protéger ses espèces en péril, selon un récent rapport | Salut Bonjour
/artsandentertainment/culture

Le Canada n’en fait pas assez pour protéger ses espèces en péril, selon un récent rapport

Image principale de l'article Le Canada protège-il ses espèces en péril?
wwf.ca

Des espèces canadiennes en péril connaissent un recul important depuis 1970. C'est ce que déclare le Rapport Planète vivant 2020, publié mercredi, par le Fonds mondial pour la nature.

• À lire aussi: Toutes les ressources de la planète pour l'année 2020 ont été épuisées ce weekend
 

Un bon nombre d'espèces, considérées comme étant menacées de disparaître par l’Union internationale pour la conservation de la nature, sont en chute libre. En effet, leurs populations canadiennes ont diminué de 42% en près de quarante ans. 

 
 

Pour en venir à cette conclusion alarmante, les experts ont analysé les tendances de populations d'espèces entre 1970 et 2016, basées sur les données de la Société zoologique de Londres. 

 
 

Cinq menaces pèsent contre ces espèces en péril au Canada, dont le dérèglement climatique qui ne fait que s'accentuer d'année en année, la perte d’habitat, la surexploitation des espèces commerciales, les pressions industrielles et la pollution. 

 
 

Le rapport conclut que le pays n'en fait pas suffisamment pour assurer la survie de ces espèces en péril. Parmi les solutions que devrait envisager le Canada, le rapport suggère de mettre en place des aires protégées et de restaurer les écosystèmes dégradés. 

 
 

L'influence des terres autochtones

De récentes études prouvent que les terres gérées par les Autochtones sont plus riches en espèces que les autres régions canadiennes. Les espèces menacées y sont également plus nombreuses. 

 
 

« Les constats du Rapport Planète vivante Canada 2020 sont inquiétants et ils requièrent des actions immédiates. Ici, au Canada, les solutions climatiques basées sur la nature et la conservation menée par des Autochtones sont les façons les plus efficaces, efficientes et équitables pour bâtir un avenir plus résilient et plus prometteur pour les espèces, le climat et les humains », a indiqué James Snider, vice-président, Science, savoirs et innovation du WWF-Canada. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus