La fin des voitures chez Lincoln et la mort de la mythique Continental | Salut Bonjour
/homeandfamily/familylife

La fin des voitures chez Lincoln et la mort de la mythique Continental

s

Les explications d’Antoine Joubert. 

À voir aussi : Passion : voitures des années 80

 

Tout comme Buick, Lincoln annonçait récemment le retrait définitif de ses voitures, ne conservant qu’une gamme de quatre VUS : le Corsair, le Nautilus, l’Aviator et le Navigator. 

Une bien triste nouvelle qui confirme que Lincoln n’a pas su s’adapter à la nouvelle réalité du marché des voitures de luxe. 

Depuis déjà vingt ans, Lincoln évoque sa relance sous différentes approches. Malheureusement, les échecs commerciaux se sont multipliés, même du côté des utilitaires. Un problème principalement relié à l’image de la marque, puisque dans plusieurs cas, le produit méritait un bien meilleur sort. 

C’est le cas de la Continental, relancée en grande pompe en 2017.  

Une voiture de la dernière chance pour Lincoln mais qui allait pourtant en mettre plein la vue, étant très fidèle au concept dévoilé en 2015 à Detroit. 

Avant de vous parler de la Continental 2020, un bref retour sur cette voiture mythique lancée en 1939 et qui malgré quelques absences momentanées, a longtemps été considérée comme LA voiture de luxe par excellence, toujours en compétition avec Cadillac. 

Jusqu’à la fin des années 80, les voitures de luxe importées comme Jaguar et Mercedes-Benz étaient encore considérées comme marginales. Lincoln a donc fait des affaires d’or pendant des décennies, jusqu’à ce qu’on abandonne la Continental au début du nouveau millénaire.  

À ce moment, la Continental ne respectait plus la tradition des modèles d’antan et ne faisait pas le poids face aux modèles de luxe européens et asiatiques comme Acura et Lexus. 

Relancée en 2017, la Continental avait pour but de séduire dans une formule traditionnelle la clientèle nord-américaine, mais surtout chinoise, chez qui l’image de la marque n’est pas perçue de façon péjorative. 

Sur la route des Îles 

J’ai parcouru quelque 1 400 km avec cette voiture jusqu’à maintenant en passant par les routes forestières du Nouveau-Brunswick. Des routes dégradées, mais sinueuses, ce qui m’a permis de redécouvrir cette voiture pour une dernière fois. 

Impressions de conduite 

Quelques mots sur l’habitacle et sur la ligne de la voiture. 

Puis-je recommander son achat? 

Oui, absolument, mais sur le marché d’occasion! 

Vous trouverez des modèles usagés de 2017 ou 2018 avec un très faible kilométrage pour un prix variant de 30 000 $ à 35 000 $. 

Modèles 2019 très rares : seulement 177 unités vendues au Canada en 2019. 

Le prix du modèle d’essai 

81 450$ 

1 340$ par mois sur 6 ans (financement 72 mois) 

1 303$ par mois sur 4 ans (location 48 mois, 20 000 km par année). 

Les Îles et les voitures électriques : un mauvais mélange? 

Grosso modo, le coût de production d’un kWh d’électricité pour Montréal est d’environ 0,02$. Aux Îles, on parle d’environ 0,50$. On vend le kWh environ 0,06$ aux Québécois. 

Chaque jour, on brûle aux Îles-de-la-Madeleine entre 60 000 et 180 000 litres de diesel pour alimenter les génératrices servant à alimenter une population de 13 000 habitants (plus le tourisme dans le cas actuel). L’impact financier comme environnemental est donc épouvantable, ce qui explique pourquoi le fait de rouler ici une voiture électrique est plus nocif pour l’environnement que de conduire un Ford F-150. 

Il est même plus propre de chauffer sa maison au mazout qu’à l’électricité, puisque le diesel pour générer l’électricité nécessaire au chauffage d’une maison est plus grand en volume. 

À lire aussi

Et encore plus