Femmes en construction recherchées : il est temps de déboulonner les mythes! | Salut Bonjour
/cbsa

Femmes en construction recherchées : il est temps de déboulonner les mythes!

Le premier réflexe des femmes est rarement de se diriger vers un métier de la construction, pourtant une place de choix les y attend.

Image principale de l'article Femmes en construction recherchées
Getty Images/iStockphoto

Bien que plusieurs femmes n’aient pas le réflexe de choisir une carrière dans le domaine de la construction, leur présence est pourtant grandement appréciée dans cette industrie, voire espérée.

Même si depuis longtemps les métiers de la construction ne sont pas réservés uniquement aux hommes, quelques fausses croyances persistent à l’endroit des femmes qui travaillent dans ce milieu. « On m’a déjà dit que je n’avais pas le physique de l’emploi parce que je suis féminine et que je n’ai pas une carrure imposante, mais bien sûr, c’est un mythe ! », nous raconte Hélène Parent, enseignante à l’École des métiers et occupations de l’industrie de la construction de Québec (ÉMOICQ). 

Celle qui a été entrepreneure en construction et carreleuse pendant 20 ans désirait depuis l’enfance travailler sur les chantiers : « Mon père était menuisier et j’ai toujours aimé l’observer et jouer là-dedans. » 

Tout comme Mme Parent, il n’est pas rare que les femmes optent pour un métier manuel. D’ailleurs, selon le Syndicat québécois de la construction (SQC), plus de 6 000 femmes ont amorcé une carrière sur les chantiers entre 1997 et 2017. Et selon un rapport de la CCQ (Commission de la construction du Québec), en 2017 près de 760 femmes ont accédé pour une première fois au milieu de la construction, ce qui représente une hausse de 57 % par rapport à 2016. Il est donc plus que temps de déboulonner les mythes qui contribuent à faire croire qu’elles n’ont pas leur place sur un chantier.

Getty Images/iStockphoto

Diriger et conseiller  

« Les professions que les femmes favorisent sont souvent reliées à la finition. Sans généraliser, il est courant d’entendre qu’elles s’y démarquent par leur souci du détail et leur envie du travail bien fait », explique Hélène Parent.

Pose de céramique, peinture en bâtiment et ébénisterie sont des domaines populaires. L’électricité attire aussi de plus en plus de femmes tout comme l’arpentage. « J’ai quelques-unes de mes élèves qui sont aujourd’hui contremaitres », ajoute Mme Parent en soulignant que de nombreuses femmes montent les échelons jusqu’à des postes de direction.

L’enseignante qui se décrit comme une pionnière note qu’à ses débuts comme carreleuse, elle côtoyait peu de collègues du même sexe : « J’étais souvent la seule femme sur un chantier. Mais, on venait me voir pour des conseils. On me faisait confiance pour résoudre des problèmes, trouver des solutions. Je n’ai jamais senti que je n’avais pas ma place. » 

Getty Images/iStockphoto

Apprendre à se faire confiance  

Émilie Robert, couvreuse depuis 14 ans et maman de quatre enfants, s’est elle aussi toujours sentie acceptée. « Dès le départ, que ce soit à l’école ou plus tard au travail, je me suis sentie à ma place. Il y a certains hommes qui ont déjà voulu m’aider ou en faire plus que leur part, mais je n’ai jamais voulu. Je recherche l’égalité. D’ailleurs, je suis tout à fait capable de faire ma partie du travail sans difficulté. J’ai beaucoup d’endurance physique. »

Toutes les personnes intéressées ont leur place dans le domaine de la construction. Chaque personne y partage ses compétences et y trouve son bonheur. Pour Émilie, son métier lui permet de combler ses besoins de bouger et d’être à l’extérieur : « Je n’aurais pas pu travailler dans un bureau et être assise toute la journée. »

Petite, Émilie démontrait déjà des habiletés manuelles : « Je ne me suis jamais arrêtée au fait d’être une femme. Mais depuis que je suis en construction, j’ai appris à me faire encore plus confiance. » C’est d’ailleurs elle qui a rénové entièrement la maison qu’elle a achetée avec son conjoint, un enseignant : « J’ai changé le plancher, déplacé des murs, rénové les salles de bain... Dans la maison, c’est moi la personne manuelle! »

Une carrière profitable  

Les carrières dans le domaine de la construction offrent souvent un salaire élevé et des avantages sociaux intéressants. Comme la plupart des corps de métier sont en grande demande partout au Québec, il est souvent possible de travailler dans toutes les régions et de se trouver un emploi facilement.

L’information sur le marché du travail que publie le gouvernement du Québec indique en effet qu’il y a présentement plusieurs postes à pourvoir dans le domaine de la construction. Certaines formations se complètent d’ailleurs en quelques mois seulement. 

Bien que ce ne soit pas le premier réflexe pour toutes les femmes de se diriger dans ce domaine, leurs compétences y sont plus que jamais reconnues et recherchées. Celles qui rêvent de souder, de travailler le bois, de diriger un chantier ou d’effectuer des travaux de plomberie ne devraient pas hésiter à entamer une carrière dans le secteur d’activité qui les intéresse.

« Dans la vie, il faut exercer le métier qu’on aime, conclut Hélène Parent. Moi, je veux dire à ces femmes de se faire confiance, parce que c’est la base de tout. Après, elles n’ont qu’à défoncer les barrières. »

Envie d’en savoir davantage et de poursuivre un rêve? Visitez Québec.ca/emploisdavenir

en collaboration avec

À lire aussi

Et encore plus