L’hiver en voiture électrique : 4 trucs pour plus d’autonomie | Salut Bonjour
/cbsa

L’hiver en voiture électrique : 4 trucs pour plus d’autonomie

Image principale de l'article Voiture électrique : 4 trucs pour plus d’autonomie
Getty Images/iStockphoto

 

Tout propriétaire de voiture électrique habitant en région nordique a remarqué que l’autonomie de son véhicule diminue par temps froid. C’est tout à fait normal, et c’est aussi le cas pour les véhicules à essence. En hiver, comment s’assurer de conserver assez d’autonomie pour se rendre à destination, lorsqu’on n’a pas de station-service à tous les coins de rue? Il faut adopter des gestes simples qui allongeront la capacité de la batterie de notre véhicule électrique.

Quel est l’impact du froid sur l’autonomie?  

Rouler par temps froid, peu importe le type de véhicule, demande plus d’énergie à une voiture. On estime qu’un véhicule, qu’il soit électrique ou à essence, perd en moyenne 30 % de son autonomie en hiver. Plusieurs facteurs expliquent cette baisse importante : l’utilisation du chauffage, qui nécessite beaucoup d’énergie; la perte d’adhérence sur la glace ou la neige, alors que la voiture dépense de l’énergie en faisant du surplace; enfin, dans le cas d’une voiture électrique, la réaction chimique nécessaire pour transformer l’énergie chimique en courant électrique est plus lente lorsqu’il fait froid.

C’est pourquoi il est recommandé de suivre ces quelques trucs d’utilisation hivernale d’une voiture électrique

1. Adapter sa conduite   

Les règles de base de la conduite hivernale, comme éviter de freiner brusquement ou d’accélérer rapidement, sont aussi importantes pour la sécurité des passagers que pour l’autonomie d’un véhicule électrique. En effet, la puissante accélération typique d’un moteur électrique draine rapidement la batterie; vous gagnez donc en autonomie à avoir le pied léger sur l’accélérateur!

De plus, en utilisant en douceur le freinage régénératif, typique des voitures électriques, on permet à la batterie de se recharger grâce à l’énergie générée par le frein moteur. On peut ainsi allonger l’autonomie sans perte d’énergie.

Finalement, en ralentissant, vous irez plus loin! La vitesse est l’un des facteurs déterminants de la longévité de la batterie : réduire sa vitesse et éviter les autoroutes, voraces en énergie, permet de parcourir de plus longues distances sans charge. Cela peut paraître contre-intuitif, mais en diminuant sa vitesse de 10 à 20 km/h, on peut gagner beaucoup d’autonomie et se rendre loin, plus lentement. Vous gagnez à admirer un peu le paysage!

Dans le domaine de la voiture électrique, on appelle tous ces gestes de l’écoconduite, soit l’adoption de comportements de conduite qui favorisent l’autonomie tout en diminuant la consommation d’énergie. Et l’écoconduite est utile en toute saison!

Pour faciliter l’écoconduite, on peut aussi activer le mode « éco » sur sa voiture. Disponible de série sur la plupart des véhicules électriques, cette fonction vise à économiser de la batterie en limitant la puissance du moteur, notamment en imposant une limite de vitesse et en réduisant la force de l’accélération. 

2. Chauffer l’habitacle avec modération  

Le geste le plus énergivore en hiver, c’est bien sûr le chauffage. On estime que jusqu’à 20 % de la perte d’autonomie en hiver sont dus au chauffage. Mais a-t-on besoin de garder la voiture aussi chaude en tout temps?

D’abord, la voiture électrique comporte une option unique et très utile : le préchauffage. Par temps doux, en laissant la voiture se réchauffer lentement, on peut facilement laisser tomber le chauffage lors d’un court trajet, car l’habitacle sera assez confortable uniquement grâce au préchauffage. Par temps plus froid, on peut laisser la voiture préchauffer jusqu’à 60 minutes avant le départ, en utilisant par exemple une minuterie ou une application, et on fait de même au retour. En étant préchauffée, la voiture consommera moins d’énergie à maintenir la température constante dans l’habitacle, ce qui conservera davantage d’autonomie. Aussi, les fenêtres seront déjà dégivrées et les sièges seront chauds!

On peut aussi, pour de petits trajets, se servir uniquement de la fonction siège et volant chauffants, ce qui permet au conducteur et aux passagers d’être au chaud, sans pour autant activer le chauffage. Ensuite, on maintient la température de l’habitacle autour de 18 °C. Pas besoin de plus pour être bien, surtout si on a un manteau d’hiver sur le dos!

Enfin, on pense à recharger la batterie au retour plutôt qu’avant le départ. Pourquoi? Parce qu’une batterie chaude se recharge plus vite et, à l’inverse, une batterie froide prendra jusqu’à deux fois plus de temps pour se recharger, même sur une borne rapide.

3. Garder le véhicule branché par temps très froid  

Joël Lemay / Agence QMI

Parce qu’au Québec, le mercure peut descendre très bas, il est recommandé de brancher votre voiture électrique toute la nuit en mode recharge lente (120V) lorsque le thermomètre indique -20 °C et moins. Ce geste gardera la batterie chaude et celle-ci conservera son autonomie plus facilement. En plus, la recharge dégage de la chaleur, ce qui maintient la batterie à la bonne température, évitant de dépenser son énergie en chaleur plutôt qu’en électricité. Vous pouvez aussi programmer une minuterie afin d’activer la recharge à 240V quelques heures avant votre départ. 

De même, si vous comptez laisser votre voiture inutilisée pendant plusieurs jours, voire des semaines, en plein hiver, laissez-la branchée à la maison. Puisque le chauffe-batterie s’allume automatiquement à une certaine température (autour de -18 °C), la batterie se videra d’elle-même rapidement si la voiture n’est pas branchée. C’est un point à ne pas oublier!

4. Limiter le poids de la voiture  

En raison du poids de leur batterie, les voitures électriques sont déjà lourdes par nature, et qui dit véhicule pesant, dit énergie pour le mouvoir. Afin de limiter la dépense d’énergie, il est conseillé d’alléger le plus possible la voiture : pas de bidules inutiles dans le coffre, pas de porte-vélo sur le dessus quand ce n’est pas en saison! L’impact du poids sur l’autonomie de la batterie est difficile à quantifier, puisque cela dépend de chaque véhicule et de la puissance de la batterie, mais une chose est sûre : on gagne toujours à rouler plus léger!

Finalement, une fois qu’on a adopté ces petits trucs pour assurer une meilleure autonomie, on se rend compte qu’un véhicule électrique, c’est très confortable l’hiver! Puisque le moteur démarre automatiquement et que le préchauffage n’est pas polluant et dégivre les vitres, on part déjà bien au chaud. Ne manque qu’une bonne assurance auto et les routes hivernales sont à nous!

En collaboration avec

À lire aussi

Et encore plus